Pourquoi pas une journée « commerce de proximité » plutôt que le « vendredi noir » ?

Laisser un commentaire Standard
Untitled-4

Le vendredi noir a gagné en popularité aux États-unis depuis plusieurs années et est de plus en plus présent au Canada. On voit des lignes d’attente interminables devant les grandes chaines d’électronique et les ventes en ligne explosent. 

Continuer la lecture

Mes matins avec Ricardo

Laisser un commentaire Standard
ricardo

Se faire réveiller le dimanche matin par 2 garçons qui nous disent: « Est-ce qu’on peut faire le déjeuner » c’est fabuleux et c’est désormais possible! Merci Ricardo. La preuve est dans ma cuisine et encore un peu sur mon plancher. Fait vécu d’un petit matin magique.

Je l’avoue, je suis une maniaque de livres de recettes. Je ne peux pas résister, je les ai tous. Je suis une foodie du dimanche qui dévore tout ce qui se fait comme littérature culinaire. Je ne cuisine pas le dixième de ce que je me promet un jour de cuisiner mais je m’en fou!garscuisine

Hier, j’ai acheté les deux derniers livres de Ricardo dont Mon premier livre de recette, qui porte très bien son nom. Il est rempli de recettes simples et bien illustrées que les enfants aiment manger et peuvent réaliser eux-mêmes. On voit bien qu’il a été pensé par des parents pour des enfants, au plus grand bonheur de leurs parents. Quand j’ai appris la sortie prochaine de ce ce livre, il y a quelques semaine j’étais totalement excitée! Il était fait pour moi. Il répond tellement à un besoin et à mes valeurs. Je montre à mes enfants à cuisiner depuis leur plus jeune âge. Ils participent à la coupe des légumes, râpent le fromage, comprennent la provenance des aliments et savent reconnaître quelques épices. Savoir cuisiner c’est  selon moi une base essentielle pour être en santé, autonome et peut même devenir un puissant outil de séduction.

garscisinegarscuisine2

Mes enfants ont feuilleté le livre de la première à la dernière page, comme je le fais toujours, en annotant les recettes qu’ils  veulent expérimenter. Et ce matin,  pouf! La magie a opéré. Ils se sont réveillés avec l’envie de cuisiner seuls et l’ont fait.crepes

Ma brigade de 4, 6 et 8 ans a réalisé 2 recettes de façon très autonome. Ils ont fait 90% du travail seuls, sans mon aide, de la coupe à la cuisson. Ils ont même cherché des astuces pour substituer les aliments manquants.

Une heure après le début de leur mise en place, on a dégusté en famille des pancakes avec une salade de fruits. Quoi demander de mieux par un dimanche froid en pyjama?sjcuisine

Le livre de Ricardo n’explique pas l’importance de tenir son plan de travail propre, ni de se ramasser après avoir cuisiné et mangé. Mais bon, il faut bien qu’il me reste 1-2 devoirs éducatifs à gérer moi-même.

Quels-sont vos bonheurs du dimanche en famille?

Amélie

La fois où j’ai laissé les enfants m’habiller…

Laisser un commentaire Standard
20150310_130045

Je ne sais pas si vous connaissez le blog  de l’américaine Summer Bellessa ? Même si vous ne connaissez pas son nom, je suis sûre que vous avez vu passer un article sur elle sur Facebook. Oui, c’est ça, c’est cette mère qui laisse souvent ses enfants choisir ses vêtements pour elle et qui partage le résultat sur Instagram ! Quand Amélie nous a partagé l’idée, j’ai tout de suite voulu embarquer dans le projet! Quand on me dit: « t’es pas game », j’embarque!!!

Ayant tout de même une certaine fierté, j’embarquais dans l’idée à certaines conditions…Une seule en fait, je voulais le faire durant la semaine de relâche. Bon, je vous l’accorde, ce n’est pas mal vu d’aller au Cégep en pyjama ou en robe de bal quand on le fait déjà, mais moi, je suis la fille ordinaire, celle qu’on ne remarque pas…Et mes enfants, eux, c’est plutôt le contraire…Ma fille de 8 ans est celle que l’on remarque toujours dans la cours d’école, celle qui agence fièrement du fleuri et du carreauté ensemble et qui déteste tout ce qui est à la mode. Mon garçon de 6 ans est du genre jean et t-shirt, mais aime bien porter la cravate de temps en temps et le petit dernier de 3 ans adore le confort des pantalons de jogging agencés à une chemise et un veston. Mais n’allez surtout pas penser que je suis restée chez nous à ne rien faire, je suis sortie tous les jours, soit pour aller à la bibliothèque, à des activités de la ville ou au centre d’achat.

Voici donc le résultat de ma première journée:

20150310_125742

Quand je regarde mon fils à mes côtés et ses multiples babylegs, je me dis que la tenue qu’il m’a choisie n’est pas si mal finalement.

Et voici les 4 jours suivants:

20150310_130045

Et oui, j’ai dû porter des capris avec des collants, mais comme on est l’hiver, j’avais l’avantage de porter des bottes pour sortir :) J’ai dû aussi sortir avec mes joggings que je réserve habituellement pour les journées ou je reste à la maison à ne rien faire. Et comme vous pouvez le constater, les enfants aiment bien mon foulard blanc avec des étoiles, me l’ayant fait porter 3 jours sur 5.

En toute honnêteté, je m’attendais à pire et je n’ai pas détesté l’expérience. C’est même surprenant de voir à quel point les enfants me connaissent bien.

Et la beauté de la chose, c’est que je ne suis pas la seule à avoir fait l’expérience.

On peut voir ici Véronique en jolie robe et pantoufle :

20150310_131202

Quand elle a demandée à ses garçons de choisir ses vêtement le lendemain, son plus jeune lui a répondu ceci:

 »Franchement maman, tu es grande, tu es capable toute seule. Vas voir dans tes tiroirs ! »

Son plus vieux lui a finalement sortie des jeans et un t-shirt en soupirant

 »Combien de jours on doit faire ceci ? »

Amélie quand à elle a eu le genre de résultat que j’appréhendais:

20150310_131404

Les filles de la boutique de Longueuil se sont aussi prêtées aux jeux. On peut voir ici Emily et sa cocotte de 2 ans:

20150310_131544

On voit sur la première photo qu’elle a trouvé ses vêtements de maternité qui sont rangés depuis bel lurette. Et sur la dernière photo, c’est elle qui a insisté pour s’habiller seule.

Marie doit être celle qui a le plus apprécié l’expérience, car elle s’est laissé faire durant 6 jours:

20150310_19434620150310_194507

Comme on peut le constater, sa fille adore la voir en robe.

C’est donc ce qui conclus notre petite expérience.

Et vous… êtes vous game ?

 

On l’a fait!

Laisser un commentaire Standard
marathon

Attention: ce texte contient une tranche de vie! Je ne suis pas du type Selfie et n’aime pas trop être à l’avant plan. Mais Câlins et popotin, c’est notre âme à Véronique et moi. On a donc décidé d’y aller un peu dans la voie intime avec ce blogue. Et pourquoi pas débuter en pétant de la broue!

On mène une vie de fou, avec chacune trois enfants et deux entreprises à gérer. Entre le bénévolat, les sorties au CPE et le sport du samedi, trop peu de temps entre amis, on ne sait souvent plus ou donner de la tête. Bref, on a une vie de famille tout à fait normale.

Il y a deux ans, pour se vider la tête et avoir un petit moment à nous, on a débuté la course à pied. Ce sport nous semblait tout indiqué. Un maximum d’effort, un minimum d’équipement, qui se pratique dès qu’on a un petit 30 minutes de libre. À petits pas, on a avancé. Rien de facile et de miraculeux. Malgré toute notre bonne volonté, on a pas suivi adéquatement notre programme « Du sofa au 10km en 10 semaines » mais on a pas lâché. On est loin d’être un modèle de course et de performance mais on l’a fait!

Dimanche dernier, au marathon de Montréal, Véronique et moi on a couru (et rampé à la fin) notre premier demi-marathon. 21 km sous un soleil de plomb.

Je dois humblement avouer que la veille je ne voulais pas y aller. J’avais peur, je me sentais mal entrainée, j’étais un peu enrhumée, il allait faire trop chaud, toutes les excuses étaient bonnes. Véronique m’a dit: « On y va, si tu cours 5km, ce sera ça mais au moins on aura essayé. » Alors j’y suis allée. L’aventure a été pénible et douloureuse mais oh! combien satisfaisante. À 5km de l’arrivée, une douleur atroce m’a envahie.

Véro a marché à mes côtés respectant mon rythme, sans se soucier de son temps, ayant pour seul souci que l’on complète la course ensemble. Endurant mon chialage et mes crampes. Ça a pris 1h franchir le dernier 5km. C’est un peu ça notre histoire, on en a traversé des milles en 30 ans d’amitié, on a vécu des moment houleux, des sprints et rencontré des cotes Berri, mais on reste ensemble et persévérons jusqu’au fil d’arrivée.

 

 

 

On a marché sous la lune

Standard
relais

Vendredi dernier, comme à chaque année, l’équipe de Câlins et popotin a participé au Relais pour la vie 2012 qui se déroulait au Parc Maisonneuve à Montréal. Notre équipe a amassé 500$ que nous avons remis à la société canadienne du cancer.

Le cancer est un fléau et tout le monde au cours de sa vie sera affecté de près ou de loin. Un événement rassembleur comme le relais pour la vie permet de créer un noyau de solidarité et de joie autour de ce fléau.

Le défi de demeurer tout une nuit éveillé à marcher est difficile mais se réalise aisément parce qu’on est poussé par la force du groupe. L’histoire d’une nuit, on a l’impression d’avoir un certain pouvoir et de faire un pied de nez au cancer.

La photo illlustre la marche aux lanternes, sans doute le moment le plus émouvant de la nuit. Chaque lanterne sur le trajet est rend hommage à quelqu’un qui lutte, qui a gagné po perdu sa lutte contre la maladie. Un tour de piste sans paroles est effectué au chat des cornemuses et nous rappelle la raison profonde de noter présence au Relais pour la vie.

En terminant, je tiens à remercier, nos fournisseurs, collègues de travail et clients qui ont donné pour noter levée de fonds. Je tiens particulièrement à remercier mes proches qui me suivent depuis deux ans dans cette grande ballade. Votre appui et votre motivation me rappellent que les épreuves sont plus faciles à vivre lorsqu’on est bien entouré. Je vous aimes.