Mes matins avec Ricardo

Laisser un commentaire Standard
ricardo

Se faire réveiller le dimanche matin par 2 garçons qui nous disent: « Est-ce qu’on peut faire le déjeuner » c’est fabuleux et c’est désormais possible! Merci Ricardo. La preuve est dans ma cuisine et encore un peu sur mon plancher. Fait vécu d’un petit matin magique.

Je l’avoue, je suis une maniaque de livres de recettes. Je ne peux pas résister, je les ai tous. Je suis une foodie du dimanche qui dévore tout ce qui se fait comme littérature culinaire. Je ne cuisine pas le dixième de ce que je me promet un jour de cuisiner mais je m’en fou!garscuisine

Hier, j’ai acheté les deux derniers livres de Ricardo dont Mon premier livre de recette, qui porte très bien son nom. Il est rempli de recettes simples et bien illustrées que les enfants aiment manger et peuvent réaliser eux-mêmes. On voit bien qu’il a été pensé par des parents pour des enfants, au plus grand bonheur de leurs parents. Quand j’ai appris la sortie prochaine de ce ce livre, il y a quelques semaine j’étais totalement excitée! Il était fait pour moi. Il répond tellement à un besoin et à mes valeurs. Je montre à mes enfants à cuisiner depuis leur plus jeune âge. Ils participent à la coupe des légumes, râpent le fromage, comprennent la provenance des aliments et savent reconnaître quelques épices. Savoir cuisiner c’est  selon moi une base essentielle pour être en santé, autonome et peut même devenir un puissant outil de séduction.

garscisinegarscuisine2

Mes enfants ont feuilleté le livre de la première à la dernière page, comme je le fais toujours, en annotant les recettes qu’ils  veulent expérimenter. Et ce matin,  pouf! La magie a opéré. Ils se sont réveillés avec l’envie de cuisiner seuls et l’ont fait.crepes

Ma brigade de 4, 6 et 8 ans a réalisé 2 recettes de façon très autonome. Ils ont fait 90% du travail seuls, sans mon aide, de la coupe à la cuisson. Ils ont même cherché des astuces pour substituer les aliments manquants.

Une heure après le début de leur mise en place, on a dégusté en famille des pancakes avec une salade de fruits. Quoi demander de mieux par un dimanche froid en pyjama?sjcuisine

Le livre de Ricardo n’explique pas l’importance de tenir son plan de travail propre, ni de se ramasser après avoir cuisiné et mangé. Mais bon, il faut bien qu’il me reste 1-2 devoirs éducatifs à gérer moi-même.

Quels-sont vos bonheurs du dimanche en famille?

Amélie

Dictionnaire parental # 5

Laisser un commentaire Standard
définition-jullet 2015

Piscine, n.f : Réservoir rempli d’eau servant à rafraîchir. Son PH est équilibré de manière égale entre le chlore et l’urine des enfants.

Cauchemar, n.m : Mot à interprétation multiple. 1- Il s’agit d’un mauvais rêve. Pour l’enfant, le cauchemar peut donc prendre la forme de monstres, de vampires ou de bébittes plus épeurantes les unes que les autres. La fonction du cauchemar est de réveiller les enfants pour assurer la pérennité du manque de sommeil chronique autant chez le parent que chez son rejeton. Pour l’adulte, le cauchemar peut se traduire en stress, lorsqu’il pense à l’hypothèque, à la conciliation travail-famille ou aux chantiers de construction à travers le Québec en période de vacances. Si bien que dans le cas de l’adulte moyen, le cauchemar ne se vit pas pendant les heures de sommeil, mais plutôt lorsqu’il est bien éveillé provoquant ainsi de l’insomnie. 2- Terme utilisé pour désigner un mauvais moment passé. (Ex. : Hier soir j’ai soupé chez ma belle-famille. ) Ou pour parler d’un événement futur. (Ex. : Demain, je reçois les 10 amis de mon fiston pour sa fête de 4 ans.).

Fête, n.f : 1-Elle n’existe plus pour soi lorsqu’on devient parent. 2-On la fait beaucoup trop extravagante lorsque notre enfant a un an. 3-Ça ne s’améliore pas pour les fêtes futures de nos enfants. 4-Le parent la fait intensément une fois de temps en temps, mais se rappelle pourquoi il ne la fait plus lorsqu’il doit se réveiller le lendemain matin pour s’occuper de sa progéniture.

Emilie Ouellette

Me suivre sur Facebook
Me suivre sur Twitter
www.emilieouellette.com

*Crédits photo pour l’image de l’article : Mc Knoell Alexis